Selon une tradition, apparemment européenne, lorsqu’un apiculteur meurt, les premières à devoir être mises au courant sont ses abeilles. Un membre de la famille vient alors murmurer la nouvelle à la ruche et la recouvrir d’un tissu noir. Si on oublie, les abeilles s’en iront, peut-être rejoindre leur gardien de l’Autre Côté ? Dans une variante, les membres de la famille enterre un vêtement du défunt sous la ruche afin de ne pas perdre les abeilles.

Chroniques de mon crématorium
de Caitlin Doughty
ed. PAYOT

Résumé de l’éditeur :

En général, les gens se décarcassent sacrément pour repousser la mort dans les marges. Caitlin Doughty, elle, fraîchement diplômée d’histoire médiévale, se fait embaucher dans une petite entreprise de pompes funèbres. Comment va-t-elle se dépatouiller avec ses premiers cadavres ? Fermer des yeux dont les paupières ne cessent de se rouvrir, clore des bouches béantes, retirer un pacemaker, mettre des bas à un mort gonflé comme un bonhomme Michelin ou enfiler un string à grand-mère car tel est le souhait de la famille ? Comment enfin sortir les cendres du crématorium sans que ses noodles en prennent un coup et le même soir séduire un mec alors qu’elle sent le roussi ? Caitlin Doughty explore sa vocation de croque-mort avec un humour noir réjouissant. Le récit est fascinant. Qu’on ne s’y trompe pas pourtant, l’objectif – atteint – de cette jeune femme engagée est de nous réapprendre à accueillir nos morts, de façon plus humaine, sans peur, et nous aider ainsi à accepter l’inacceptable.

The Pagan Book of Living & Dying
de Starhawk, Macha Nightmare & the Reclaiming collective
ed. HarperOne

 

Résumé de l’éditeur :

RITUALS AND RESOURCES FOR HONOURING DEATH IN THE CIRCLE OF LIFE

Birth, growth, death, and rebirth are a cycle that forms the underlying order of the universe. This is the core of Pagan belief – and the heart of this unique resource guide to death and the process of dying. Filled with encouragement, strength, and inspiration, The Pagan Book of Living & Dying is an invaluable source of both spiritual counsel and very practical tools and techniques for :

•    honoring and caring for a dying person
•    grieving a beloved relative, partner or friend
•    planning a funeral or memorial service
•    distributing personal possession and making room in the home for a loved one’s memory
•    understanding and mourning specific types of death, including miscarriage and terminal illness
•    providing final instructions for one’s own death
•    and much more

Bestselling author Stahawk and other Pagan writers have combined practical rituals with prayers, chants, blessings, meditations, essays, and insightful personal stories to offer a new understanding of death and a powerful new approach to the various stages of dying and grieving.

Quand j’ai commencé à honorer mes ancêtres, je me suis mise à suivre une routine dévotionnelle. Parfois, au cours de celle-ci, je leur demande s’ils ont besoin de quelque chose et, si c’est le cas, d’essayer de me le faire comprendre par des signes ou des rêves. Histoire d’élargir les moyens de communications entre nous, je me suis mise à bidouiller un tirage (en me basant sur ceux trouvés sur le forum d’Aeclectic Tarot, d’ailleurs si vous cherchez l’inspiration c’est un bon endroit ).

Traduit de « The Tree of Enchantment » d’Orion Foxwood

Les Esprits de nos Ancêtres ne sont pas vénérés mais, comme avec les Fay, nous allons à leur rencontre, nous les honorons et nous nous engageons dans une relation de réciprocités.
Les premières prises de contact avec notre Lignée seront plus faciles si elles sont faites à un endroit constant. D’où la nécessité de créer un autel qui leur est dédié.

Ma plongée dans les runes et la spiritualité nordique m’a poussé à me retourner et contempler mon parcours ainsi que celui de mes ancêtres. J’ai réalisé avec stupéfaction que je ne savais quasiment rien d’eux !
Faire parler mes parents a été la 1ère étape. Puis, l’idée de créer mon autel ancestral a germé. Il ne s’agissait pas de vénérer mes ancêtres comme certains vaudouisants (en effet, dans certaines familles, des ancêtres particulièrement puissants peuvent devenir des loas ou en tout cas des Esprits que l’on vénèrent comme des loas) mais plutôt de les honorer. Je suis sûre que le simple fait de penser à eux ou d’avoir une prière pour la paix de leur âme est déjà un bon premier pas !
Et n’oublions pas : penser à eux fera qu’ils penseront aussi à nous ! :]