Adepte du hoodoo (et de tout ce qui marche pour moi), j’étais entrain d’éplucher mes ouvrages et internet quand cette plante à piquer mon intérêt.

Sous le nom de Rose de Jéricho, on trouve deux plantes : l’Anastatica hierochuntica (Afrique du Nord et Sud Ouest de l’Asie) qui, lorsqu’elle se retrouve privée d’eau, se recroqueville en une petite boule grisâtre toute sèche, protégeant ses graines et gardant ses racines bien enfoncer dans le sol. Elle peut ainsi attendre longtemps que l’eau revienne pour s’épanouir à nouveau.

Tandis que j’attends patiemment l’opportunité de travailler avec une ruche, les abeilles m’ont tranquillement mené vers un travail du souffle tiré des Yoga Sutra  : le Brahmari Pranayama ou la respiration de l’abeille.

Cette technique respiratoire, extrêmement simple, calme l’esprit et amène doucement notre attention sur notre coeur. On dit qu’elle permet d’apaiser le stress, les angoisses, les problèmes d’insomnies, etc… Tout ce que j’ai remarqué concrètement pour le moment, c’est que je sort de cette pratique avec le coeur tout chaud (un chaud agréable, pas une ouverture du coeur incontrôlée qui fait plus de dégâts qu’autre chose) et la tête plus calme (à défaut d’être vide XD).

Selon une tradition, apparemment européenne, lorsqu’un apiculteur meurt, les premières à devoir être mises au courant sont ses abeilles. Un membre de la famille vient alors murmurer la nouvelle à la ruche et la recouvrir d’un tissu noir. Si on oublie, les abeilles s’en iront, peut-être rejoindre leur gardien de l’Autre Côté ? Dans une variante, les membres de la famille enterre un vêtement du défunt sous la ruche afin de ne pas perdre les abeilles.

Trolldom – Spells and Methods of the Norse Folk Magic Tradition
de Johannes Björn Gårdbäck
ed. Yronwode Institute for the Preservation and Popularization of Indigenous Ethnomagicology

 

Résumé de l’éditeur :

The folk magic of Sweden, Norway, and Denmark, has been practiced for more than 500 years. Now, after extensive research, Johannes Gårdbäck presents the fascinating occult art of Norse trolldom to an English-speaking audience.
This detailed account of traditional Scandinavian folk magic offers in-depth historical background, divination methods, and descriptions of practical trolldom, paving the way for the 2014 publication of hundreds of collected trolldom spells for love, money, protection, healing, and cursing.

J’étudie les pratiques dites chamaniques depuis plusieurs années maintenant et j’ai toujours évité soigneusement le titre de chaman, comme une renarde louvoyant entre les chasseurs. On ne sait jamais, les gens pourraient avoir envie d’y croire et moi aussi. Donc je ne vais pas parler ici de chamanisme traditionnel (quel que soit ce qu’on veut bien entendre par là de nos jours) mais de la technique de transe utilisée pour « voyager » dans une ou plusieurs autres réalités (communément appelée « monde »).

J’avais découvert ce jeu via une review de Valiel il y a quelque temps maintenant. Je n’y avais pas prêté trop attention car tout ce qui relevait du celtisme ne m’intéressait pas à ce moment-là (bien que certaines cartes m’avaient beaucoup interpellé). Au cours de cette dernière année, les choses ont changé et avec elles mon approche de ma voie chamanisante. J’ai notamment rencontré Elen des Sentiers, une divinité celte qui crée, garde et guide sur les chemins entre les mondes. J’ai très peu voyagé (chamaniquement parlant) durant cette année, je me suis plutôt rapprochée du monde qui m’entoure directement, du bout de terre sur lequel je vis et de ses habitants (esprits, animaux, plantes, cailloux, humains…). Que ce jeu se retrouve sur mon chemin alors que cette voie prend une tournure celtique en plus de nordique, ça ne m’étonne plus ^^.

Le renard comme étincelle créatrice, je ne pouvais que le saisir au vol et vous le faire partager :).

THE THOUGHT-FOX

❝I imagine this midnight moment’s forest:
Something else is alive
Beside the clock’s loneliness
And this blank page where my fingers move.

Through the window I see no star:
Something more near
Though deeper within darkness
Is entering the loneliness:

Une magnifique découverte qui me parle tellement des rapports tel que je les ressens avec les Esprits. C’est plein de poésie, de douceur et de magie 🙂 . C’est l’inattendu que l’on croise au coin de la rue, une rencontre faite de partage et de joie. C’est la pluie comme la brume qui ouvre des passages et jette des ponts entre les mondes et entre les êtres. En plus, avec un renard, je ne peux être que comblée ! 😀

« Mother taught me to be polite to dragons. Particularly polite, I mean; she taught me to be ordinary polite to everyone. Well, it makes sense. With all the enchanted princesses and disguised wizards and transformed kings and so on wandering around, you never know whom you might be talking to.  »

« Mère m’a enseigné à être poli envers les dragons. Particulièrement poli, je veux dire ; elle m’a appris à être poli envers tout le monde. Après tout, c’est normal. Avec toutes les princesses ensorcelées, les magiciens déguisés, les rois transformés et autres qui trainent dans le coin, vous ne savez jamais à qui vous pouvez bien parlé. »

Talking to dragons, Tome 4 des Enchanted Forest Chronicles de Patricia C. Wrede

Je vais peut-être vous étonner mais les esprits que l’on rencontre dans toutes les réalités réunies ne nous veulent pas toujours du bien. C’est fou, non ? ^^

Je parle surtout des esprits que l’on peut croiser lorsque l’on part en quête de quelque chose et qui prendront un malin plaisir à nous tester et nous égarer. Si on ajoute à ça, ses propres doutes et ses propres sabotages (l’esprit humain est incroyablement tordu vous ne trouvez pas ?!), il devient important d’être un minimum sûre de certaines choses.

SHINTÔ | Sagesse et Pratique
de Motohisa Yamakage, éditions Sully

Biographie de l’auteur
Motohisa Yamakage, né en 1925, est le 79è Grand Maître du Yamakage Shintô. Il a joué un rôle majeur dans la diffusion de l’ancien Shintô et le renouveau de ses valeurs et de ses pratiques, tant au Japon qu’en Occident (il fût l’un des maîtres de Jean Herbert). Il est l’auteur de très nombreux ouvrages en japonais.

(Troisième article en trois jours, promis après je me calme ! 🙂 )

Peu importe la petite étiquette que l’on se met dessus (ou pas), un jour on s’écroule et il ne tient qu’à nous de nous reconstruire. Je vais vous raconter ma rencontre avec une figure mythique des contes russes : Baba Yaga, et l’enseignement que j’en ai reçu. C’était il y a quelques semaines après un énième tsunami dans la tronche particulièrement vicieux.

Quand vous vous mettez à voire une divinité partout, c’est, en général, qu’elle vous invite à venir prendre le thé… si vous l’osez. Baba Yaga fait partie de mes personnages préférés des contes de fées. Bien sûr que j’ai osé ! 😀 Ni une ni deux, je me suis préparée pour un beau voyage dans les forêts russes enneigées et obscures.

Voici un second article sur la Tradition Faery qui s’attarde sur la conception qu’en a Orion Foxwood. La Voie de l’Arbre de l’Enchantement est le cheminement qu’il développe dans son livre « Tree of Enchantment: Ancient Wisdom and Magic Practices of the Faery« . N’ayant pas beaucoup avancé dans mes lectures de RJ Steward, je ne sais pas jusqu’à quel point cette voie diffère. Mais c’est le 1er ouvrage que j’ai lu sur cette tradition et il a remué quelque chose, surtout la « reconnection » avec son sang/ses ancêtres. J’ai mis en pratique l’ensemble des méditations et exercices de ce livre et je dois dire que cela m’a beaucoup aidé (jusqu’à un certain point, certes, mais c’est inhérent à mon parcours 🙂 ).

Chaque année dans ma ville, à l’approche de Noël, se déroule une grande exposition d’artisanat. Cette année j’ai découvert un lieu enchanteur remplit de très beaux mobiles suspendus avec des morceaux de bois, des clochettes en céramique et plein de symboles diantrement païens !
Le stand appartenait à une céramiste lituanienne, Rūta Pocevičiute, qui expliquait chaque symbole et chaque clochette à qui voulait bien entendre. ^w^