29Cette rune est parfaite pour ma reprise d’étude du Futhork et correspond bien à ce que je suis entrain de vivre. Elle parle d’impermanence, de décomposition, du passage d’un état à un autre, de l’inéluctable fin. C’est ce qui fait d’elle certainement une des runes de Hel, reine du Royaume des Morts. Selon Raven Kaldera, Ear représenterait un arbre ou une potence. Personnellement, j’y vois Hel ouvrant ses bras à tous. C’est vrai, à moins que l’on soit un super guerrier, il y a de forte chance qu’on finisse tous chez Elle ^^ . On peut aussi y voire comme une balance.

Sodalite signifie « sodium » et, à ma connaissance, il s’avère qu’elle n’a pas de « passif » connu, pas de grande légende ni de petite tradition… Ce qui me laisse perplexe quand même. Peut-être que sa ressemblance avec le lapis-lazuli (elle en est un des composants) y est pour quelque chose ? Car oui, pour beaucoup, la sodalite est un lapis-lazuli light, sous-entendez par là, de moindre importance… et là, je m’insurge et je dis « Non! » ^^. La sodalite est une excellente pierre pour travailler avec les chakras supérieurs. C’est une pierre de patience qui travaille en douceur et en lenteur. Ce qui fait d’elle une alliée très précieuse quand on s’initie aux énergies subtiles. J’ai appris à mes dépends à être très prudente quant au choix des pierres que l’on pose sur ses chakras. On peut facilement « dérégler » un chakra en travaillant avec une pierre puissante qu’on ne maîtrise pas. Ce qu’il y a de bien avec les pierres douces, c’est qu’aux premiers signes de malaise, on peut facilement ajuster sans trop de problèmes. Donc la sodalite, c’est le bien quand on souhaite commencer à « ouvrir » son 3è oeil ou favoriser des rêves intéressants sans que se soit les montagnes russes pour autant 😀 . Ce n’est pas LA pierre spirituelle, elle est trop ancrée pour ça mais, justement grâce à ça, elle permettra de se préparer sans accident malheureux.

La Cornaline Peau de Serpent ( à ne pas confondre avec l’agate peau de serpent ou l’agate feu qui n’ont rien à voir) a toutes les propriétés de la cornaline de base plus un je ne sais quoi reptilien ^^.

Commençons donc par la cornaline ! Elle est une calcédoine contenant du fer, sa variante brun rouge est aussi appelée sardoine. C’est sous ce nom (sardoine) qu’elle fût connue dans l’Antiquité. Au Moyen Âge, on la croyait capable de coaguler le sang et d’apaiser les colères. Elle était utile aux femmes en couche et contre les maux de tête. Elle faisait également partie des offrandes mortuaires communes en Egypte. On peut alors penser qu’elle protégeait le mort lors de son passage vers l’autre rive.

Une magnifique découverte qui me parle tellement des rapports tel que je les ressens avec les Esprits. C’est plein de poésie, de douceur et de magie 🙂 . C’est l’inattendu que l’on croise au coin de la rue, une rencontre faite de partage et de joie. C’est la pluie comme la brume qui ouvre des passages et jette des ponts entre les mondes et entre les êtres. En plus, avec un renard, je ne peux être que comblée ! 😀

« Mother taught me to be polite to dragons. Particularly polite, I mean; she taught me to be ordinary polite to everyone. Well, it makes sense. With all the enchanted princesses and disguised wizards and transformed kings and so on wandering around, you never know whom you might be talking to.  »

« Mère m’a enseigné à être poli envers les dragons. Particulièrement poli, je veux dire ; elle m’a appris à être poli envers tout le monde. Après tout, c’est normal. Avec toutes les princesses ensorcelées, les magiciens déguisés, les rois transformés et autres qui trainent dans le coin, vous ne savez jamais à qui vous pouvez bien parlé. »

Talking to dragons, Tome 4 des Enchanted Forest Chronicles de Patricia C. Wrede

Je suis Moi, rien de plus, rien de moins.
Je suis rage et entrave, convenance et débauche,
sensibilité et sauvagerie, désespoir et douceur.

Je suis tempêtes et brises légères,
brume et déluge,
terre riche, meuble, et silex dur,
foyer et enfer.

Je suis tout cela et bien plus car libre de tout.
Je ne suis ni dominance ni soumission, même si tout cela est mien.
Je suis autant obscurité que lumière.
Je porte la souffrance, je porte la vérité.
Je ne viens pas à toi à moins d’y être invitée
mais une fois fait, je suis éternité.

Je suis la rejetée,
la porteuse de tempête,
celle qui sait,
la conscience et la force de la défier.

Viens à moi et vénère, je me dévouerai à toi en retour.
Mais approche-moi le cœur et l’esprit claires
car ceux qui ne me voient pas telle que je suis,
aux mieux seront ignorés, au pire subiront mon courroux.

Je ne demande aucun sacrifice si ce n’est de soi
et, pour mes fidèles dévots, je donnerai tout.

En ce crépuscule de 2013, j’ai la sensation inconfortable d’avoir reçu une patate bouillante cosmique dans les mains et de ne pas savoir à qui la refiler ! (vous ne seriez pas intéressé des fois ? XD). Elle peut se résumer en un mot : Lilith. (je ne sais pas si elle serait ravie que je la compare à une patate bouillante… mais bon !)

Je vais peut-être vous étonner mais les esprits que l’on rencontre dans toutes les réalités réunies ne nous veulent pas toujours du bien. C’est fou, non ? ^^

Je parle surtout des esprits que l’on peut croiser lorsque l’on part en quête de quelque chose et qui prendront un malin plaisir à nous tester et nous égarer. Si on ajoute à ça, ses propres doutes et ses propres sabotages (l’esprit humain est incroyablement tordu vous ne trouvez pas ?!), il devient important d’être un minimum sûre de certaines choses.

Trouvé dans « Protection & reversal magick » de Jason Miller, ce sceau de protection lié à Hécate (l’auteur l’aurai reçu en rêve après un travail avec Elle) me rappelle énormément l’Ægishjálmur nordique. Il est très simple à mettre en place (un bout de papier et un stylo suffisent) mais ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est l’appel à différents groupes de figures triples de la mythologie grecque pour le charger : les Erinyes (ou Furies), les Charités (ou Grâces), les Moires (ou Parques) et les Gorgones.

Gods & Goddesses of Japan

de Yuriko Ohno et illustré par Mai Ohno (Denali)
Ed. Blue Angel Publishing

Ce superbe oracle traduit par les australiens de chez Blue Angel est une découverte intéressante. Il n’y a pas des masses d’images des cartes sur la toile et le peu m’a fait craquer. On adhère ou pas. C’est comme passer de « Zelda – Ocarina of Time » à « Zelda – The Wind Waker », graphiquement il y a comme un choc mais nom de nom quelle claque ! 😀 Bon j’espère que vous avez une culture jeux video sinon tant pis XD.  Les formes géométriques, les aplats de couleurs, toute cette apparente simplicité décoche les messages des cartes de manière très directe et j’aime ^^.

SHINTÔ | Sagesse et Pratique
de Motohisa Yamakage, éditions Sully

Biographie de l’auteur
Motohisa Yamakage, né en 1925, est le 79è Grand Maître du Yamakage Shintô. Il a joué un rôle majeur dans la diffusion de l’ancien Shintô et le renouveau de ses valeurs et de ses pratiques, tant au Japon qu’en Occident (il fût l’un des maîtres de Jean Herbert). Il est l’auteur de très nombreux ouvrages en japonais.

(Troisième article en trois jours, promis après je me calme ! 🙂 )

Peu importe la petite étiquette que l’on se met dessus (ou pas), un jour on s’écroule et il ne tient qu’à nous de nous reconstruire. Je vais vous raconter ma rencontre avec une figure mythique des contes russes : Baba Yaga, et l’enseignement que j’en ai reçu. C’était il y a quelques semaines après un énième tsunami dans la tronche particulièrement vicieux.

Quand vous vous mettez à voire une divinité partout, c’est, en général, qu’elle vous invite à venir prendre le thé… si vous l’osez. Baba Yaga fait partie de mes personnages préférés des contes de fées. Bien sûr que j’ai osé ! 😀 Ni une ni deux, je me suis préparée pour un beau voyage dans les forêts russes enneigées et obscures.

J’ai commencé cet article il y a plusieurs semaines suite à une conversation dans la communauté de l’OD. Il y a tellement d’article sur le sujet que je me suis demandée ce que le mien pourrai bien apporter de plus et je l’ai laissé en brouillon. Finalement, j’ai décidé de lui faire un brin de toilette et de le publier quand même. On ne sait jamais.

À un moment donné sur son parcours, la païenne/sorcière de base (valable aussi au masculin bien sûr! ^^) sera amenée à faire des offrandes aux esprits, aux ancêtres, aux dieux, etc…

Ce post est avant tout un énorme prétexte pour vous montrer mon nouveau tarot : The Druidcraft Tarot de Philip et Stephanie Carr-Gomm et illustré par Will Worthington :D. Mais histoire de la jouer fine et un chouilla constructive, je vais partager un des tirages proposés dans le gros bouquin qui l’accompagne : le Tirage Lunaire.