Selon une tradition, apparemment européenne, lorsqu’un apiculteur meurt, les premières à devoir être mises au courant sont ses abeilles. Un membre de la famille vient alors murmurer la nouvelle à la ruche et la recouvrir d’un tissu noir. Si on oublie, les abeilles s’en iront, peut-être rejoindre leur gardien de l’Autre Côté ? Dans une variante, les membres de la famille enterre un vêtement du défunt sous la ruche afin de ne pas perdre les abeilles.

J’étudie les pratiques dites chamaniques depuis plusieurs années maintenant et j’ai toujours évité soigneusement le titre de chaman, comme une renarde louvoyant entre les chasseurs. On ne sait jamais, les gens pourraient avoir envie d’y croire et moi aussi. Donc je ne vais pas parler ici de chamanisme traditionnel (quel que soit ce qu’on veut bien entendre par là de nos jours) mais de la technique de transe utilisée pour « voyager » dans une ou plusieurs autres réalités (communément appelée « monde »).

J’avais découvert ce jeu via une review de Valiel il y a quelque temps maintenant. Je n’y avais pas prêté trop attention car tout ce qui relevait du celtisme ne m’intéressait pas à ce moment-là (bien que certaines cartes m’avaient beaucoup interpellé). Au cours de cette dernière année, les choses ont changé et avec elles mon approche de ma voie chamanisante. J’ai notamment rencontré Elen des Sentiers, une divinité celte qui crée, garde et guide sur les chemins entre les mondes. J’ai très peu voyagé (chamaniquement parlant) durant cette année, je me suis plutôt rapprochée du monde qui m’entoure directement, du bout de terre sur lequel je vis et de ses habitants (esprits, animaux, plantes, cailloux, humains…). Que ce jeu se retrouve sur mon chemin alors que cette voie prend une tournure celtique en plus de nordique, ça ne m’étonne plus ^^.